2012-08-04

#131 à #139 : une série Périgourdine

Quand il ne fait pas beau pendant les vacances, la solution pour sauver la journée est de faire une petite sortie Géocaching.
Ce fut le cas ce samedi 28 juillet dans le sud de la Dordogne...


1ère cache de la journée, le dolmen est bien indiqué depuis la route, on admire cette sorte de passage couvert dont on ignore ce qu'il symbolise.
Camille prend le GPS et déniche la boite. Vue la taille du contenant, nous ne faisons pas d'échange.




Nous revenons sur nos pas pour faire un tour à Sainte-Sabine afin d'admirer cette vieille bâtisse traditionnelle. La maison à empilage est impressionnante par sa taille et pour le "vécu" qu'elle dégage.




A peine l'indice décodé, les enfants se ruent sur la souche et découvrent la boite.
Nous déposons un TB en provenance d'Orléans... bon voyage.




Après un crochet par Beaumont pour y faire quelques courses, nous prenons la direction de Saint-Avit où le GPS indique plusieurs caches. La première trouvée est celle de ce beau lavoir, très bien conservé.


Pas de difficulté particulière, la boite (de belle facture) est facilement débusquée.


Après le lavoir, nous continuons la série du Grand Peyssou en cherchant la cache du chemin de Compostelle. 


En arrivant sur le spot (en voiture) nous croisons une équipe néerlandaise que nous retrouverons plus tard; la Team Samba NL qui a le courage de tout faire à pied. Je leur explique qu'il m'est plus difficile de faire cette série à pied avec les enfants.


Après le chemin de Compostelle nous enchaînons avec le Pouget en croyant pouvoir continuer la série par cette route... à tort... nous devrons rebrousser chemin. 


Nous saisissons mal l'intérêt de cette cache.



Sur la route de Peyssou, où nous avons repéré les pins parapluie, le GPS se met à sonner alors que nous traversons le pont. Nous descendons de voiture et Camille trouve tout de suite la boite.


Par un curieux coup du sort, nous arrivons à proximité des pins parapluie, et de la superbe demeure qui marque le début du chemin de randonnée, au moment où une averse orageuse nous arrose copieusement.
nous nous mettons donc à l'abri sous ces parapluies naturels.


Une fois l'averse passée, nous entamons nos recherches sur le chemin et nous trouvons facilement la première cache.


En continuant sur le chemin de Peyssou au bas de Saint-Avit, nous arrivons au pied de cet arbre creux qui abrite une cache... et une fourmilière. Nous retirons la première sans déranger la deuxième, nous signons le carnet et nous nous dirigeons un peu plus vers l'ouest pour terminer notre série du jour.




Arrivés en bas du chemin qui vient de Peyssou, nous commençons à chercher la boite quand nous sommes interpellés par une dame dans une langue que nous avons du mal à comprendre...

".....Hou-Ar-Dogue ?" nous demande-t'elle... Dans le doute, je lui retourne un "No..." international :-)
"Ah ! vous êtes français" me répond-elle...
J'en déduis que mon accent anglais doit être bien pourri :-)))
Je lui confirme donc en français : "Heu.. oui on est français". 
Elle me raconte alors que plus tôt dans l'après-midi, elle a vu passer un couple accompagné de 2 fillettes (au passage Antoine n'appréciera guère d'être confondu avec une fillette..) et d'un gros chien noir (d'où, peut-être, le "Noir Dog" du début de la conversation ?) et que cette famille - qu'elle pense néerlandaise - a dû perdre son chien. Elle l'a recueilli chez elle mais elle cherche en vain ses propriétaires.
Je lui explique que nous venons de Peyssou, que nous participons à une chasse aux trésors et que nous avons bien rencontré d'autres personnes qui pourraient correspondre (la Team Samba NL) mais que ceux-ci ne semblaient par être à la recherche de leur toutou.
Quoi qu'il en soit, si nous croisons quelqu'un nous relaierons l'information.
Elle repart et nous finissons par trouver la boite quand soudain apparaît, au bout de la route, l'équipe rencontrée plus tôt; les Samba NL.
La dame, qui les a vus également, fait demi-tour et commence à leur raconter la même histoire mais je vois de loin que la communication est difficile.
On se croirait dans cette scène de La Chèvre où Perrin et Campana tente de se faire comprendre dans un bordel sud-américain : "One amigo of me... you... you peut-être connaitre ?"

Pour ajouter un peu de comique à la situation, l'un des Samba NL me fait signe de les rejoindre pour tenter une traduction franco-anglo-hollandaise.
Je m'approche donc et malgré mon niveau d'anglais "scolaire", je parviens à expliquer à nos amis que la dame cherche les maîtres de ce pauvre setter noir. Ils n'ont vu personne non plus.

Nous repartons vers Peyssou par le chemin de randonnée pendant que la Team Samba s'attaque à la cache.
Nous ne croiserons personne, j'ignore donc ce qu'est devenu ce pauvre canidé... certainement recueilli par la SPA locale.


Fin de notre série de 9 caches périgourdines en ce jour de répit météorologique où le thermomètre est descendu sous les 28°C, pour une fois...

Aucun commentaire: